mercredi 29 avril 2009

En avril, ne te découvre pas d'un fil

  
[Nous avons reçu un petit carton nous invitant à participer à ce blog unique, au genre unique, avons accepté presque sans avoir lu, connaissant à peine les autres mâle flowers qui s'épanouissent ici. 

Nous sommes de ceux qui réclamons le pardon et présenteront leurs excuses. Nous défendrons le lâche métrosexuel, le veule et l'opprimé.  Nous serons la bonde de cette bande, la possibilité du Nil, la rouille qui coule.]



Il paraît qu'une tour passive a été érigée à Dijon. Laissons-nous faire. Sinon, il faudra songer à se couvrir.

 

22 commentaires:

  1. Quand verrons-nous la tour passive de Dijon ? Il nous tarde... Il nous tarde fort, même.

    RépondreSupprimer
  2. Tiens ! Mtislav ! Quel con l'a invité ?

    RépondreSupprimer
  3. On s'demande... Un rastaquouère qu'est même pas foutu d'avoir un nom français. Pfff...

    RépondreSupprimer
  4. le Père des Castors.29 avril 2009 à 15:22

    On dit pas LE rouille ?

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique illustration :))
    Vive Mtislav, membré de frais ici même. Décidément ce blog devient plus que fréquentable. Sinon, une tour passive, ça sert à quoi au fait ?

    RépondreSupprimer
  6. Parfait Mtislav, on est pas des gonzesses, nos couilles à nous ne souffrent pas la contestation.

    Nous aussi, on veut qu'on nous aime pour ce qu'on a dans la cerveau (sous les cheveux)...

    RépondreSupprimer
  7. Il n'y a pas de charte au moins ?

    RépondreSupprimer
  8. Si ! La charte dit exclusivement : tu comprendras les mecs qui font des conneries quand ils sont saouls.

    RépondreSupprimer
  9. Voilà.

    Sinon, on a aussi Notre Dame de Charte, mais entre nous on l'appelle plutôt Suzanne.

    RépondreSupprimer
  10. Où peut-on commander le superbe pull montré sur l'affiche ?
    Il serait heureux que ce blog de mâle donne aussi et le plus souvent possible des adresses où s'équiper !
    :-))

    RépondreSupprimer
  11. le Père des Castors.29 avril 2009 à 17:44

    Didier, vous pouvez certainement évoquer vos droits pour la charte assis mais pas votre attirance pour le goût du blanc dressé.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai oublié de mentionner la source (j'ai légèrement retouché l'image) et un blog où les commentaires concernant cette publicité méritent le détour.

    Voilà où on peut s'équiper pour les commentaires de cette pub, publiée par plusieurs magazines à l'époque, celui de l'homme moderne assurément.

    RépondreSupprimer
  13. Collectif : Pour les nouveaux venus...
    Ah, les bons copains... quand ils vous refilent une adresse ou un rancard ou plus simplement quand ils vous invitent à participer comme ici

    Les termes empruntés au monde animal sont partout : "myope comme une taupe,
    rusé comme un renard"
    la preuve :

    Que vous soyez fier comme un coq,
    fort comme un boeuf,
    têtu comme une mule,
    malin comme un singe,

    Vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre, chaud lapin ou fine mouche pour
    une caille aux yeux de biche.

    Vous arrivez frais comme un gardon à votre premier rendez-vous et là : pas un chat ...!
    Vous faites le pied de grue,
    vous demandant si cette bécasse,
    vous a réellement posé un lapin.

    Le type (ici les types)qui vous a obtenu ce rancard, avec lequel vous êtes copain comme cochon, vous l'a certifié.
    Cette poule a du chien,
    Une vraie panthère...!
    C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour.

    Mais tout de même, elle vous traite comme un chien, vous êtes prêt à gueuler comme un putois, mais non elle arrive.

    Bon dix minutes de retard, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard,
    sauf que la fameuse souris,
    avec sa crinière de lion,
    est en fait plate comme une
    limande,
    myope comme une taupe,
    elle souffle comme un phoque
    et rit comme une baleine.
    Vous restez muet comme une
    carpe.

    Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais
    Vous sautez du coq à l'âne
    et finissez par noyer le
    poisson.
    Vous avez le bourdon,
    envie de verser des larmes de
    crocodile.

    Vous finissez par inventer une
    fièvre de cheval,
    qui vous permet de filer comme
    un lièvre.
    Vous avez être doux comme un
    agneau,
    faut quand même pas vous
    prendre pour un pigeon...

    Ah, ah, les bons copains, voyez un peu quel piège ils vous ont tendu...

    RépondreSupprimer
  14. Z'avez du pot que je n'aie pas le temps de commenter.

    RépondreSupprimer
  15. Jeffanne, vous êtes sûre que ça va, là ?

    RépondreSupprimer
  16. Non, monsieur Goux, je me suis égarée, vraiment égarée sur vos autres blogs...

    En passant chez Nicolas, j'ai mélangé les pinceaux, mais toujours très classe n'écoutant que son grand coeur, il m'a laissé jouer avec les "pots de peinture". Tout cela, monsieur Goux, parce que je me suis laissée distraire par le roucoulement des tourterelles qui squattaient votre blog.
    Et, quand je suis arrivée chez Dorham, il n'était pas là. La porte étant ouverte, je suis entrée. Il n'y avait là que des mots, rien que des mots, partout, partout : sur les murs, au plafond, sur la table, l'armoire et même sur le poêle éteint ce jour-là. J'aurais bien voulu lui demander des explications sur le rassemblement de tous ces mots mais je ne suis pas sûre qu'il aurait daigné répondre à une personne à l'esprit décadent, parfaitement consciente de ses carences... Je suis partie, silencieusement, comme d'hab, sans laisser de mot sur la porte... c'est triste un mot sur une porte...
    En me retournant, je suis restée ébahie devant un super mec, un vrai!!! L'était beau avec son chapeau, son attaché-case rempli de bonnes intentions plutôt de bons mots... Il s'apprêtait à emjamber le bord du trottoir, avançant, reculant, reprenant de l'élan et hop.
    Arrivé à ma hauteur, je l'ai salué, il ne m'a pas répondu : normal, c'est un taiseux.. J'ai essayé de le suivre, comme une ombre, mais il marchait trop vite...
    Fatiguée, je me suis assise sur le bord du trottoir, rouspétant après ma tête de linotte : j'avais oublié de semer des petits cailloux...
    En relevant la tête, je vois un autre beau mec, marcher sans se presser, dans ma direction.
    - Je me présente je suis Mtisl... (sais plus)... petite, tu as perdu ta famille...?
    Devant mon air égaré, mes mots incohérents, il a souri, il avait compris que : j'avais perdu mes repères, que j'étais triste et surtout que j'avais un sérieux coup de blues...
    Il m'a donc ramené ici, dans cette "Caverne d'Ali Baba, d'Ali Gator, Ali Mentation"... m'a donné un joli livre sur les "animots", alors j'ai joué avec, à défaut d'autre chose...

    Vous n'allez quand même pas m'en vouloir pour cela, du moins, je l'espère...

    RépondreSupprimer
  17. Allez en paix, ma fille !

    (Et passez faire un tour sous ma soutane : je vous donnerai un Bounty, en échange.)

    RépondreSupprimer
  18. Tiens ! L'histoire du Bounty n'a pas été racontée sur ce blog. C'est dommage, je n'ai pas le temps, ce matin.

    RépondreSupprimer
  19. @ Monsieur Goux

    Je vais conclure comme il se doit :
    "Amen" cher Frère,

    Alors juré promis,
    Je vais avoir un bounty....
    Miam..
    Elles vont être jalouses, les copines....


    @ Nicolas
    J'attends ton histoire pour en publier une aussi...

    RépondreSupprimer
  20. Demande à Didier Goux de le faire.

    RépondreSupprimer
  21. Affiche version 2009 :

    une femme, une pipe, un t-shirt.

    http://www.sehubabe.com/poster.php

    RépondreSupprimer