vendredi 3 juin 2011

Féminité [Ton univers impitoyable…]




Quand il s'est agit de distribuer les cartes équitablement, nous avons choisi le poil au menton, la bite en avant, la pomme d'Adam, les hémorroïdes* et un plus gros* salaire.

Les femmes ont reçu de faire naître les enfants dans la douleur, d'avoir des nichons* et de détenir la beauté. Je ne suis pas convaincu qu'elles aient vraiment choisi de baisser elle-mêmes leur rémunération. L'histoire s'est perdue…

A moins qu'à l'époque, suivant la logique du "c'était mieux avant", la proportion de blondes ne fut supérieure à la moyenne actuelle et qu'on leur ai confié le pouvoir de négocier.

C'est ainsi que chaque femme* vit avec cette chose au-dessus d'elle : incarner* la beauté. On ne réchappe pas de son sexe ou alors par la chirurgie mais excusez-moi, ça doit faire vachement mal.

C'est ainsi que, doutant de leurs propres réussites en la matière, dès qu'elles aperçoivent une gonzesse impeccable*, elles la soupçonnent de dopage, de trucage, de mensonge.

Elles s'encopinent*, s'adolâtrent*, se chérifisent mais aussi, elles se jalousent et se détestent, elles médisent et venimisent plus qu'à leur tour tellement elles se mettent la pression…

Image choisie de Rien d'important*

5 commentaires:

  1. Tiens ! Ca manque de commentaires, ici...

    RépondreSupprimer
  2. Pourtant, j'ai mis une photo de gonzesse !
    :-)

    RépondreSupprimer
  3. En voilà un!
    J'ai AUSSI des copine femmes et je me contrefous de si elles sont belles ou pas. De toute façon, la beauté est quelque chose de tellement évanescent....

    Mais la pression du "sois belle", là oui. Enfin belle...présentable. C'est vrai. Certaines lâchent prise, mais c'est rarement de manière triomphante. Les autres sont condamnée à se faire la guerre à elles-mêmes. Pas le droit de flancher. Dans le fond, c'est à la fois la meilleure et la pire des choses: ça oblige à se tenir droite et à serrer les dents (ou les fesses, selon). Ça tourne à l'aliénation, si ça va trop loin.
    Question de juste milieu.

    Mais au fait, est-ce si différent pour les hommes?

    RépondreSupprimer
  4. Io : oui, c'est différent, l'homme est moins un "objet" de séduction. Quand on parle de la beauté d'un homme, c'est d'un autre point de vue.
    Par contre, chez les plus jeunes, je crois percevoir que ça s'aligne sur le pire ! :-)

    RépondreSupprimer
  5. je suis une femme, mon point de vue: d'accord sur l'ensemble, sauf "elles se jalousent et se détestent, elles médisent et venimisent plus qu'à leur tour tellement elles se mettent la pression…". Peut-être ça existe, mais me sens pas concernée, car avant d'être femme, je suis... être humain, et les autres femmes ou hommes pareil quand je les rencontre!(ça veut dire je parle à leur "être" plutôt qu'à leur "paraitre", et j'espère qu'ils font pareil)

    RépondreSupprimer